Member: movez
Company name: Conseil MovezAction

Resource person: Jean-Philippe Vézina

Actions: Ajouter aux contactsEnvoyer un messageInvite to submit a quote



Do you enjoy reading the News and Tips? Subscribe:

July 8, 2012 - Advice and Strategy > Communications & Marketing
Le covoiturage passe au 3.0 avec GéoTransit – Découvrez tout le potentiel des modèles d'affaires tirés de l'économie du partage.

Il y a quelques semaines, j'ai présenté sur mon blogue un article intitulé Les 4 opportunités d'innovations vertes les plus prometteuses et les plus lucratives identifiées par l'auteure et conférencière Jacquie Ottman.

Des quatre secteurs identifiés par Jacquie Ottman, c'était celui des nouveaux modèles d'affaires tirés de l'économie du partage qui m'avaient le plus inspiré.

J'avais alors donné en exemple le service d'autopartage de Communauto, une entreprise dont j'ai été membre et pleinement satisfait pendant 3 ans lorsque j'habitais à Montréal.

Depuis un an maintenant, j'habite à Cowansville, une très jolie ville dans la MRC de Brome Missisquoi à environ 1 heure de Montréal. Je m'y suis installé pour faire construire ma maison écologique et pour profiter de la nature. Ma femme et moi avons choisi de quitter la grande ville de Montréal pour un endroit plus calme afin d'élever nos deux enfants.

Je travaille à mon compte comme consultant depuis 4 ans déjà et mes clients, au moment de déménager, étaient tous sur l'île de Montréal. Je me disais, naïvement, que ce ne serait pas trop difficile de faire le voyage 4 fois par semaine pour mes rendez-vous…Erreur.

Il ne m'a pas fallu plus d'une semaine pour réaliser le cauchemar que représente un tel rythme de vie.

Mes enfants vont à la garderie et je dois les récupérer avant 17h tous les jours. J'ai donc réalisé, après 3 retards de suite (et la honte d'être le dernier papa à aller chercher ses enfants) que je devais quitter le lieu de mes rendez-vous au plus tard à 14h30 pour arriver à l'heure. Mais, quitter le lieu d'un rendez-vous à 14h30 et arriver à Montréal au plus tôt à 9h30 (parce qu'il faut aussi aller les reconduire, les enfants) ça laisse très peu de temps pour travailler. En plus de courir toute la journée pour mes rendez-vous, je passais plus de 4 heures dans ma voiture. Quatre heures, qui pourraient être beaucoup mieux utilisées, surtout que je déteste être au volant quand ça n'avance pas.

Bref, j'ai du trouver une solution et vite. Mais, en région, les options sont peu nombreuses et le transport en commun interurbain est peu développé. Pour mes déplacements, j'ai donc opté pour le trio autobus, métro et Bixi (en été). Je prends donc un autobus qui quitte Cowansville le matin à 6h55 et qui me ramène à 18h45.

Mais, surtout, j'ai complètement repensé ma façon de travailler.

J'ai voulu, avant tout, être conséquent avec mes choix pour ma qualité de vie et pour l'environnement.

Ma femme et moi avions déjà décidé de ne posséder qu'une seule voiture pour des raisons financières, mais aussi pour favoriser les autres moyens de déplacement. Aussi, nous avions déménagé en région pour voir grandir nos enfants et pour faire construire une maison écologique qui serait plus saine, plus durable et plus économe en énergies.

Par contre, faire quotidiennement le voyage Cowansville – Montréal seul en voiture et dans le trafic ce n'est pas très gagnant côté environnement. On a beau construire une maison super performante d'un point de vue environnemental, si notre mode de vie demande une importante utilisation de la voiture, les effets bénéfiques (c.-à-d. la réduction de notre empreinte écologique) sont presque ou totalement annulés.

J'ai donc repensé mon emploi du temps pour limiter mes déplacements à Montréal à 1 ou 2 voyages par semaine. J'y suis arrivé en modifiant mon offre de services et en utilisant plus efficacement Internet et les multiples plateformes disponibles pour communiquer à distance.

Mais, je dois dire que je suis toujours à la recherche de nouvelles options pour améliorer la flexibilité et l'efficacité de mes déplacements.

En me rendant à la foire Écosphère en mai dernier, je me suis arrêté au kiosque de la toute nouvelle entreprise GéoTransit.


GéoTransit offre un service de jumelage pour du covoiturage urbain et interurbain via sa plate-forme Internet www.geotransit.ca . Ce qu'il y a d'unique à propos du service, c'est que le jumelage se fait en temps réel. Les utilisateurs n'ont donc pas besoin de planifier longtemps en avance leurs déplacements. De plus, il n'y a pas d'échange d'argent entre les conducteurs et les passagers, GéoTransit s'occupe de tout afin de simplifier et de rendre son service le plus efficace possible.

J'aime toujours faire la connaissance d'entrepreneurs qui n'ont pas peur d'innover et de lancer de nouveaux produits et services qui font la différence pour l'environnement.

Je souhaite donc partager avec vous cette entrevue que j'ai réalisée avec Éliane Massicotte, la cofondatrice de GéoTransit.





Jean-Philippe Vézina:

Bonjour Éliane,

J'aimerais en savoir un peu plus à propos de ton parcours avant de te lancer dans l'aventure GéoTransit. Parle-moi de ta vie avant de devenir entrepreneure à temps plein?


Éliane Massicotte :

Je suis originaire de la ville d'Amos, en Abitibi (là où les problèmes d'embouteillages n'étaient pas vraiment présents) et je me suis installée à Québec en 2000 pour mes études collégiales.

Par la suite, j'ai fait un baccalauréat en relations industrielles à l'Université Laval.

J'ai travaillé pendant près d'un an dans une agence de placement de personnels à titre de coordonnatrice en emploi, puis 4 ans dans une compagnie d'assurance à titre de conseillère aux ressources humaines et, finalement, durant 3 ans dans une PME à titre de vice-présidente et directrice générale.

Je suis une fille qui a toujours travaillé durant ses études.
Ayant été moi-même une gymnaste, de l'âge de 5 ans jusqu'à la fin de mon secondaire, j'ai été entraîneuse pour préparer de jeunes gymnastes à la compétition pendant 15 ans.

La première fois que j'ai été sérieusement confronté à des problèmes de transport, c'est lorsque je travaillais comme coordonnatrice pour l'agence de placement de personnels. Il m'est arrivé souvent d'avoir des postes à pourvoir au sein d'entreprises intéressantes, mais qui n'étaient pas desservies par les services de transport en commun. Je trouvais ça triste de voir plusieurs candidats refuser les postes qui leur étaient proposés parce qu'ils n'avaient pas de voiture.

J'ai toujours été une fille énergique et efficace et c'est lorsque je suis déménagé sur la Rive-Sud de Québec, avec mon conjoint et ses trois adorables enfants, que j'ai vraiment constaté le gâchis lié à l'inefficacité des services et de l'offre de transports.

Tout le monde part à la même heure, donc tout le monde est bloqué pour aller prendre les ponts. Il y a toujours la possibilité pour nous de partir plus tôt, mais la garderie d'un des enfants n'ouvre qu'à 7 h 30… Je ne suis pas très patiente de nature, alors il nous fallait trouver une solution qui pourrait nous aider à augmenter l'efficacité de nos déplacements.

C'est mon conjoint, Patrick Méthot, président de GéoTransit qui a eu l'idée initiale! Par la suite, nous avons peaufiné ensemble le projet afin de rendre ce rêve réalité!


J.-P. V. :
Le covoiturage n'est pas une idée nouvelle au Québec et plusieurs plateformes pour faciliter les contacts entre conducteurs et passagers existent depuis plusieurs années. J'aimerais savoir ce qui t'a poussé à créer GéoTransité? Quel a été l'élément déclencheur? Comment, toi et ton partenaire Patrick Methot, avez-vous voulu faire les choses différemment?


Lisez la suite sur le blogue Mon Plan Marketing Vert...


Views: 333 times     Send     Print
Partager : Facebook Facebook  Technorati Technorati  Bookmark Google Google  Digg! Diggs  Twitter Twitter   Delicious Del.icio.us 

Visit movez's Profile
Consult all the News and Tips by movez
View all the Solo Agent Advice and Strategy

 

Your answer Agentsolo.com members' log in

Your name:
Your e-mail address:



Send email alert for new comments