AccueilOffrez un contratRépertoire des agents solosProfilCapsules d'infoLecture d'une capsule d'info

Aperçu
Comparer les
statuts
Afficher une offre
Contacter un solo
Répertoire des
agents solos


Vous appréciez les capsules d'info? Abonnez-vous:

Fils RSS/XML
Bulletins gratuits




La traduction : un art méconnu et sous-estimé

Membre: bleuazur
Nom de l'entreprise: Communications Bleu Azur

Personne-ressource: Robert Hamel

Actions: Ajouter aux contactsEnvoyer un messageInviter à soumissionner


Envoyer cette capsule    Imprimer cette capsule

02 mars 2008 - Conseils et veille > Communication et Marketing

Dans ma première capsule, j'ai effleuré le sujet de la traduction, mentionnant qu'il s'agissait d'un art méconnu. J'ai aussi précisé que, au-delà des mots, le traducteur s'efforçait avant tout de rendre le sens du message original dans la langue d'arrivée. En effet, il serait impossible de tout traduire mot à mot. La raison en est fort simple : chaque langue est un système de pensée différent. Voyons tout de suite un exemple :

L'adjectif digital existe autant en anglais qu'en français, mais ce n'est qu'en anglais qu'il renvoie à la notion de chiffre (digit). On l'emploie en informatique par référence au code binaire (des combinaisons de 0 et de 1 qui servent à encoder l'information). Un anglophone dira ainsi d'un système fondé sur ce code qu'il s'agit d'un digital system. Ce serait cependant une erreur – ou un manque de doigté! – pour un francophone de parler d'un système digital, puisque l'adjectif français digital fait uniquement référence aux doigts, comme dans l'expression empreintes digitales. On parlera alors plutôt d'un système numérique.

Les langues sont donc des systèmes de pensée. En voici d'autres exemples : l'anglophone voit un « trou de clé » (keyhole) là où le francophone voit un trou de serrure; le premier parle d'un « poisson doré » (goldfish), le second, d'un poisson rouge; enfin, peu importe qu'il pratique le basket-ball ou le golf, l'Américain utilise une « balle » (ball), tandis que le Québécois emploiera un ballon ou une balle, selon le cas. Voilà pourquoi il ne suffit pas de s'armer de patience et d'un dictionnaire bilingue pour produire une bonne traduction. Il faut aussi une solide formation, une bonne culture générale et de fortes aptitudes en langue.

Enfin, la traduction mot à mot peut conduire à des inepties. Certains systèmes de traduction automatique ont déjà produit des perles telles que chronométrer des mouches pour time flies et fait en dinde pour made in Turkey!

Pour toutes ces raisons, je vous conseille de faire affaire avec un professionnel.


Capsule consultée: 318 fois Envoyer    Imprimer

Partager : Facebook Facebook  Technorati Technorati  Bookmark Google Google  Digg! Diggs  Twitter Twitter   Delicious Del.icio.us 

Visitez le profil de bleuazur
Consultez toutes les capsules d'info par bleuazur
Consultez tous les conseils et veille des agents solos

 

AgentSolo.com

Accueil | Offrez vos services | Contrat | Emploi | Vos activités | Aide
À propos | Blogue | Convention d'utilisation | Confidentialité | Tarifs | Contact

Suivez-nous aussi sur: twitter facebook

Copyright © 2002 - 2018 Netsym communication inc. Tous droits réservés